Archives des activités

2017

Light verb constructions in Germanic languages

International Conference / Internationale Tagung

More information →  

English Spoken: The Position of English in Brussels

Located in a Germanic dialectal area as attested by all historical toponyms, Brussels has known over the centuries an increasing influence of French that culminated in the 19th century when French became de facto the language of the newly funded Belgian state. That state of affairs discriminated against speakers of Dutch dialects, which led to claims for linguistic equality that is still being pursued through the reforms of the Belgian State. Since 1989, Brussels is officially bilingual (French-Dutch). However this status does not reflect the linguistic diversity of the capital city where over 100 languages are spoken according to the latest “Taalbarometer” (Janssens 2013) nor the influence of English that is the second best known language after French.
The presence of English as a world language is well documented in metropolises but it may have found in Brussels a very fertile ground due to the presence of EU- and international institutions but also due to its increasing instrumental value as a lingua franca between French- and Dutch-speaking Belgians.

Programme
More information →  

Manon Hermann (Université Saint-Louis - Bruxelles)

Analyse contrastive allemand-néerlandais : les locutions verbales avec des verbes de localisation

L’allemand et le néerlandais sont deux langues germaniques qui semblent très similaires au premier abord, mais elles cachent en réalité toute une série de différences. Elles comprennent un type de locutions verbales que l’on appelle (all.) Funktionsverbgefüge. Ce terme désigne des locutions constituées d’un groupe nominal (avec ou sans préposition), et d’un verbe « fonctionnel », qui a perdu son rôle lexical et ne sert plus que de support. Exemple : ‘mettre quelque chose en mouvement’ = (all.) etwas in Bewegung setzen ; (nl.) iets in beweging zetten.

Dans ces locutions, l’allemand et le néerlandais utilisent très fréquemment un verbe fonctionnel de mouvement ou de position, alors que ces locutions n’expriment pas nécessairement une localisation. La sélection de ces « light verbs » est toutefois étroitement liée à leur conceptualisation sous-jacente. Dans cette présentation, je vais me pencher sur les locutions composées des verbes de placement (all .) setzen/versetzen/stellen et (nl.) zetten/verzetten/stellen. Ces verbes se révèlent particulièrement intéressants pour une analyse contrastive étant donné les nombreuses différences que l’on peut observer dans leur usage dans les deux langues germaniques. Ainsi, alors que l’allemand utilise fréquemment le verbe versetzen, le néerlandais ne recourt jamais au verbe (nl.) verzetten dans les locutions à verbe support. Le verbe allemand setzen, lui, sera tantôt traduit par son équivalent néerlandais zetten, tantôt par (nl.) stellen. Ces locutions sont donc constituées de verbes fonctionnels très spécifiques qu’il convient de pouvoir distinguer.

Arnaud Vincent (Université catholique de Louvain)

Le fossé religieux dans les discours de campagnes présidentielles américaines (1952-2008) : ce que la linguistique de corpus peut en dire.

Le fossé religieux (connu sous le nom de ‘God Gap’) est traditionnellement décrit comme la corrélation positive entre religiosité élevée et préférence pour le parti républicain. Bien que certaines analyses politiques confirment l’impact de la religion sur le vote, de nombreux aspects restent cependant flous et invitent à réunir et interroger davantage de données. Deux prémisses alimentent la perception que l’on se fait généralement de ce fossé religieux: (1) Les républicains ont exploité la religion avec plus d’intensité et de compétences que les démocrates; (2) L’impact de la rhétorique religieuse est important car elle guide le vote et trouve un écho favorable auprès de certains groupes religieux influents. Cependant, la littérature sur le sujet demeure souvent entachée par un manque récurrent de preuves solides lorsqu’il s’agit d’aborder la thématique de la rhétorique présidentielle; de plus, l’impact de la rhétorique religieuse sur le vote reste pour le moins hypothétique. La première prémisse reprise ci‐dessus soulève une question urgente quant à l’existence réelle ou fictive d’un fossé religieux séparant la rhétorique utilisée par les républicains et les démocrates. Bien qu’en apparence évidentes, ces différences marquant la rhétorique religieuse dans les campagnes présidentielles ne sont que trop peu étayées par des preuves solides.

L’objectif principal de ma recherche est de pallier ce manque de preuves. Par le biais de la linguistique de corpus, et donc l’analyse d’une grande quantité de productions langagières authentiques, nous étudierons la rhétorique religieuse produite par les candidats à la présidence américaine (1952‐2008) et partirons à la recherche de traces réelles témoignant de l’existence de ce fossé religieux séparant tantôt les époques (de 1952 à 2008), tantôt les partis. Cette approche multidimensionnelle (diachronique et cross‐sectionnelle) sous‐entend que la signification du fossé religieux est ici libérée de la corrélation classiquement établie entre religiosité forte et une préférence accrue pour le parti républicain. La méthodologie employée s’inscrira dans une logique identique, puisqu’elle se fondera principalement sur une approche dite « corpus‐driven » permettant aux données de se libérer des contraintes imposées par des listes préétablies d’éléments à analyser ou par des hypothèses et intuitions de départ qui pourraient occulter une partie importante et trop souvent négligée de la réalité. L'enseignement principal de ces analyses est surtout celui d'une rhétorique religieuse complexe, non‐dichotomique, à la fois composée d'éléments représentatifs du genre dans son ensemble ou du contexte de production (contextes temporel ou situationnel par exemple), mais aussi d'ingrédients plus spécifiques aux partis, voire à certains candidats. Ainsi, l'image qui ressort de ces analyses est celle d'une réalité allant bien au‐delà de la description traditionnelle du fossé religieux, où seul le parti républicain de ces dernières décennies aurait produit et exploité un langage empreint de religiosité.

Présentation →  

2016

Les tendances actuelles dans les discours de référence sur la langue française

Programme et inscription →  

Bernard Victorri, professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre

Homo narrans : le rôle de la narration dans l’émergence du langage

La fonction narrative est une fonction essentielle du langage, qui utilise pleinement toute la complexité des langues. On défend ici l’hypothèse que c’est l’apparition de cette fonction chez les premiers Homo sapiens, à des fins de régulation sociale, qui aurait entrainé la complexification des moyens de communication que possédaient les hominidés qui nous ont précédés. Ainsi, ce serait dès l’origine de notre espèce que la narration aurait joué un rôle primordial dans l’établissement des sociétés humaines et l’organisation des relations sociales.

Affiche  

Emmanuelle Labeau, Université d'Aston, Grande-Bretagne

« De l'espace au temps... et plus : aperçu sur les allées et venues du sytème verbal »

Ferran Suner Munoz, UCLouvain

Conférence en linguistique cognitive en anglais (sujet à préciser)

Nadine Vincent, Université de Sherbrooke, Québec

« Les rapports du Québec à l'anglais : de la résistance symbolique à l'assimilation tranquille  »

Peuplé par la France aux 16e et 17e siècles, conquis par l'Angleterre au 18e siècle, le Québec est aujourd'hui le seul État d'Amérique du Nord qui n'a que le français comme langue officielle. Cette résistance n'est-elle qu'apparente ou est-elle garante de la pérennité du français en Amérique? C'est ce que nous tirerons au clair en présentant les différents rapports du Québec à l'anglais et leurs impacts réels sur la langue courante des Québécois.

Résumé  

Claudia Posch, Université d’Innsbruck

The Austrian backlash on genderlinguistics, conférence en études du genre, présentation en anglais

2015

La langue dans la cité, rencontre autour du dernier livre de Jean-Marie Klinkenberg

Jean-Marie Klinkenberg est professeur à l'Université de Liège, Président du Conseil de la langue française et de la politique linguistique.
La rencontre sera animée par le professeur François Ost de l'Université Saint-Louis - Bruxelles.

Affiche  

Béatrice Lamiroy, Professeure à la KUL

« Expressions figées et francophonie »

Résumé  

Jennifer Thewissen, Université Saint-Louis - Bruxelles

« Computer-aided error analysis to capture L2 developmental patterns »

Affiche  

Emmanuel Duquesne, Université Saint-Louis - Bruxelles

« 'Haar drome is besig om waar te word': an Afrikaans progressive construction? »

In Afrikaans the pattern is besig om te appears to be developing into a progressive construction, used to mark that an action is ongoing. The development is possibly modelled on English be…Ving. The goal of the thesis is to use corpus data from the newspaper Die Burger to explore current usage of the Afrikaans construction and to investigate how the use of progressive besig om te compares to the English progressive. The description of the context in which the English progressive occurs is mainly based on Kranich’s recently published book about “The Progressive in Modern English” (2010) in which she gives a diachronic account of the development and the grammaticalization process of the English progressive. This master thesis aims thus at describing the context in which the English progressive occurs in terms of tense use, adverbials, clause types, subject types, situation types and other specific aspectual meanings. The Afrikaans data was then annotated on the basis of these criteria in order to compare the use of besig om te with the use of the English progressive. The data supports that the contexts in which besig om te occurs in Afrikaans can be compared to the typical contexts surrounding the English progressive. We are thus confronted with an Afrikaans grammatical marker originating from a Dutch lexical marker, but which turns out to be used in environments similar to those in which the English progressive occurs. Finally, a particular point of interest lies in the grammaticalization of the English be…Ving construction, which could be considered as a construction situated between the pure progressive marker and the general imperfective marker. Investigating the Afrikaans data, we have been able to confirm that the Afrikaans construction besig om te is a marker of progressive aspect, which does not show any general imperfective uses comparable to those found in English data by Kranich (2010).

2014

Nadine Vincent, Chercheuse à l'Université de Sherbrooke

« Le français au Québec : un enjeu identitaire et politique »

Nous retracerons le parcours parfois hasardeux de la langue française en territoire nord-américain, de son implantation au 17e siècle jusqu'à son affirmation au 21e siècle comme langue officielle du Québec, dont elle est depuis toujours un des principaux marqueurs identitaires.
D’abord en contact avec les langues autochtones qui ont enrichi son vocabulaire, le français du Québec a par la suite dû résister à l’assimilation à l’anglais au moment de la conquête du territoire par les Britanniques. Évitant cette anglicisation et résistant au bilinguisme institutionnel, le Québec est parvenu, notamment par le recours à une solide législation linguistique, à affirmer son statut de nation francophone en Amérique du Nord.

Affiche  

Projection et débat : « La langue à terre »

Organisés par le séminaire des sciences du language (sesla) et le Centre de recherche en science politique (CReSPo)

Véritable enquête qui s’est étendue sur trois ans, le documentaire politique « La langue à terre » (2013) réalisé par Jean-Pierre ROY et Michel BRETON porte sur l’anglicisation galopante de Montréal, du Québec et, dans une certaine mesure, de la France.
La projection sera suivie d’un débat avec le coréalisateur Jean-Pierre ROY.

Affiche  

Contact : Catherine Xhardez catherine.xhardez@usaintlouis.be

 

Dominique Legallois, Université de Caen, Crisco

« Pourquoi la construction transitive prototypique n'est pas aussi prototypiquequ'on le croit ? »

Affiche  Résumé et bibliographie

Contact : Sabine De Knop sabine.deknop@usaintlouis.be

 

Raphael Berthele, professeur à l’Université de Fribourg

« Comment “sauter hors d’un bâtiment à pieds-joints” ? Bilinguisme et acrobatie cognitive dans le domaine des expressions spatiales le long de la frontière romano-germanique »

Annonce

 

Rudi Janssens, professeur à la VUB

« Le baromètre des langues à Bruxelles »

Annonce

 

Sophie Piron, professeure à l’UQAM

« Grammaire française : mise à niveau »

Annonce

2013

International Conference: Constructionist Approaches to Language Pedagogy 2013

The notion of Construction Grammar (CxG) covers a wide range of grammatical theoretical models, all of them sharing the central tenet that constructions are the basic units of language. The interest for constructionist approaches of language started with Fillmore, Kay & O’Connor’s (1988) seminal paper on ‘let alone’ and received its first book-length treatment in Goldberg’s (1995) Constructions: A Construction Grammar Approach to Argument Structure. In the last few years CxG has gradually grown into a powerful descriptive and processing model which is now well-accepted in the scientific world. Current research within the framework of CxG has mainly adopted a theoretical or descriptive approach, focussing on the principles of CxG, comparing it with other linguistic theories (e.g. valency theory), describing specific constructions (e.g. the well-known caused-motion construction or the ditransitive construction, to name just a few) or illustrating some of the CxG principles at work in constructions in different languages. The applied perspective, on the other hand, that is the question of how applied areas like translation studies or language teaching or acquisition can benefit from a CxG-based approach, has been largely neglected up to now, except for a few rare studies which have demonstrated the potential of using CxG for applied purposes and have provided interesting insights into the learning and teaching of constructions. However, they have only scratched the surface of constructionist applications, and many aspects of ‘applied construction grammar’ still remain to be explored. The aim of this conference is to bring together researchers applying CxG (and CxG-inspired approaches) to language pedagogy, which we understand here in a broad sense as covering foreign language teaching, but also foreign language learning and second language acquisition.

Information & presentations

Jean-Marie Klinkenberg, Professeur émérite de l'Université de Liège, Président du Conseil de la langue française et de la politique linguistique

« Faire signe. Introduction à la sémiotique. »

Annonce

Prof. Paul Sambre (Lessius Hogeschool et KU Leuven)

« L’instrumental en italien et l’expression de la nouveauté : X un nouvel instrument permettant de… »

Affiche

Prof. Christian Fandrych (Universität Leipzig)

Analysing and Comparing Spoken Academic Discourse: First Insights from the 'GeWiss'-Corpus

Affiche

Thierry Fontenelle (Centre de Traduction des Organes de l’Union européenne)

Traduire pour les agences européennes décentralisées

Affiche

2012

Jean Pruvost (Université de Cergy-Pontoise, LDI)
François Yvon (Université de Paris Sud, Limsi)
Lene Schøsler (Université de Copenhague)

Dictionnaires et corpus informatisés

Affiche

Prof. Dominique Willems (professeure de linguistique et présidente du département de français de l'Université de Gand)

Les constructions en contexte : le cas du verbe rendre

Affiche

2010

Prof. André Goosse

Entre norme et variations : qu’est-ce que le "bon" usage ?

Affiche

2008

Corinne Imhauser (Chef du département d'interprétation de l'ISTI)

Analyse des paradigmes du sous-titrage : le culturel, le politique et l'économique

Affiche

Maarten Lemmens (Université Lille 3 & CNRS)
Per Durst-Andersen (Copenhagen Business School)
Sabine De Knop (FUSL)
Françoise Gallez (FUSL/FUNDP)
Julien Perrez (FUSL/UCL)
John Newman (University of Alberta, Canada)
Marcel Den Dikken (CUNY Graduate Center, New York)

Expressions of posture and motion in Germanic languages

Affiche

Gaëtanelle Gilquin (FNRS – UCL)

Autour de la notion de prototypicalité : approche empirique
Le concept de prototypicalité, à l’origine un concept issu de la psychologie, est régulièrement appliqué à des phénomènes linguistiques, particulièrement chez les cognitivistes. C’est en effet un des principes de base de la linguistique cognitive que les catégories sont organisées autour d’un « meilleur exemple », le prototype, et que plus on s’éloigne de ce prototype, moins les membres sont représentatifs de la catégorie. Toutefois, le passage du concept de prototypicalité de la psychologie à la linguistique n’est pas sans poser problème. Dans cette présentation, je m’attellerai à démontrer qu’un des problèmes de l’application du concept de prototypicalité à des phénomènes linguistiques est son approche souvent intuitive, et que le concept de prototypicalité aurait beaucoup à gagner d’une approche plus empirique. Ce point sera illustré par une étude des verbes anglais give et take. Deux mesures de prototypicalité souvent mentionnées dans la littérature seront examinées, à savoir la fréquence linguistique (telle qu’attestée dans des données de corpus) et la saillance cognitive (établie grâce à des tests d’élicitation). La comparaison des deux mesures ainsi que les différences observées feront l’objet d’une discussion portant tant sur l’aspect méthodologique que sur les aspects théoriques et appliqués de l’utilisation du concept de prototypicalité en linguistique.

Affiche

2007

Prof. Stefan Engelberg (Institut für Deutsche Sprache, Mannheim)

Making a Dictionary in Ulaanbaatar. Corpus-Based Lexicography with Limited Financial and Technical Resources

Affiche

Prof. John Taylor (Université d’Otago, Nouvelle-Zélande)

“ Seeing as Though ”
John Taylor will talk about the methodology of researching ‘weird’ things in a language. The case in point being the use of the ‘strange’ expression seeing as though, which is used as a conjunction of reason, in informal contexts, approximately equivalent to since. This will take us into the semantics of the reason relation, also into subjectivity. The topic should be of interest to anyone who has queried what the standard reference works tell us about a language. Seeing as though is not mentioned in any of the reference grammars or dictionaries that he has consulted - yet it is widely used.

Affiche

Prof. Jeroen van Craenenbroeck (FUSL et KUB)

Les fondements de la grammaire générative, ou en quoi se ressemblent le français et le chinois
The talk will present an introduction to the basic principles and ideas of the framework known as generative grammar. In the second half of the talk I put the theory to practice, by comparing a particular type of wh-questions in French and Chinese, arguing that despite substantial superficial differences, the two languages are actually quite alike at a more abstract level.

Affiche

Dr. Helen Woodfield (University of Bristol, Graduate School of Education, U.K.)

Interlanguage requests in English: Some evidence from an empirical study
Helen Woodfield présentera les résultats d’une étude contrastive portant sur l’expression de requêtes par des étudiants japonais et allemands apprenant l’anglais. Elle décrira les moyens mis en œuvre pour arriver à ces résultats et illustrera les différences entre les deux groupes d’apprenants et les natifs britanniques. Elle montrera que, même dans le cas d’apprenants avancés, les stratégies linguistiques mises en place pour formuler des actes de parole appropriés sont limitées. Enfin, elle proposera des tâches de prise de conscience («awareness-raising tasks») en vue de développer la compétence pragmatique d’apprenants de langues étrangères.

Affiche

2006

Prof. Albert Hudlett (Université de Haute-Alsace, Mulhouse)

Interculturalité et plurilinguisme dans l'espace transfrontalier franco-allemand du Rhin supérieur : le cas de l'Alsace
Monsieur Hudlett présentera la situation linguistique et géoculturelle de l'Alsace dans l'espace rhénan et européen. Il proposera un rappel historique de la politique des langues dans cette région ainsi que certains aspects d'une "nouvelle" conscience linguistique dans la mouvance européenne. Il se penchera sur des questions de sociolinguistique, de bilinguisme et d’interculturalité.

Affiche

Prof. Sabine De Knop (FUSL)

L’approche cognitive en linguistique et dans l’enseignement des langues
Cette conférence présentera quelques-uns des outils de la linguistique cognitive tels les concepts, les catégories conceptuelles et les prototypes à partir d’exemples empruntés au français et aux langues germaniques. Dans une approche contrastive français-allemand, la conférence illustrera ensuite les réalisations différentes de certains concepts de base (tels le mouvement, l’état et la localisation dans l’espace) dans les deux langues et montrera les apports de l’approche cognitive dans l’enseignement des langues.

Affiche

2004-5

Programme 2004 - 2005

Conférences, séminaires, journées d'études et colloque du SESLA

Affiche